Interview de Stéphane PERRONET

C’est dans les locaux de la Miete à Lyon que Stéphane PERRONET se prête au jeu de l’entrevue.

En compagnie de la stagiaire du Vers Sot, Stéphane nous dévoile les facettes de son métier.
Un face à face dynamique et extravagant à l’image de ce jeune homme exubérant et extraverti !


Présentation:

Je suis Stéphane PERRONET, monteur de profession, j'ai fait une formation audiovisuel ciné a l'ARTIS à Villeurbanne, je me suis spécialisé dans le montage et la Post-Prod.
Je fais surtout du montage et de l'étalonnage.

 

Qu'est ce qui te plait le plus dans le métier de monteur ?

C'est l'aspect créatif, le fait de pouvoir remodeler un peu la matière qu'on nous donne et essayer d'en tirer une histoire, de créer du sens avec, de manipuler les images, le son.

Est ce que tu as été quelques fois déçu par l'un de tes projets ?
Des fois on nous demande beaucoup en peu de temps et on se dit qu'on aurait pu faire mieux avec plus de temps.
Après, une fois un projet fini, j'essaye de me dire qu'il est bien, contrairement aux réalisateurs qui ne veulent plus entendre parler de leur projet une fois le montage fini.
C'est super de bosser avec un réalisateur, mais ça arrive souvent qu'il en ait marre du projet après des mois passés dessus.

 

Si tu devais choisir une expérience marquante, positive ou négative ?
C'est difficile, il y a vraiment eu plusieurs genres de montages et pas le même ressenti.
J'aime bien varier le type de projets, pour répondre à ta question, l'un des projets les plus marquants, car le plus "bizarroïde", c'était un projet sur un petit village en Auvergne, réalisé avec des vieilles caméras, du coup ça ressemblait à quelque chose du genre Strip Tease sur France 3, avec des personnages typiques.

Que trouve t-on sur ton bureau ?

Des disques durs, trop de disques durs .

Des feuilles volantes avec des indications de réalisations et surtout pas assez de stylos.

Est ce que tu t'organises dans ton travail ?
Je découvre un peu le projet, puis je fais un peu ce qui me plait dans l'ordre qui me plait, c'est pas vraiment la bonne solution, je sais pas si ça t'intéresse.
Après la méthode vient toute seule, on est méthodique chacun à sa façon.

Comment as tu connu la Compagnie du Vers Sot ?
J'ai connu la Compagnie via Fatah BOUDIA, mon voisin, et j'ai rencontré Marc et Guillaume quand je travaillais à Pathé, du coup je les ai rencontrés apeuprès en même temps, d'ailleurs c'est drôle car à ce moment là Fatah était en coloc avec une comédienne et moi aussi.

Qu'est ce qui t'a donné envie de travailler avec eux ?
Pour le coup c'est surtout l'aspect humain et Fatah qui m'ont donné envie de travailler sur des projets de la Compagnie du Vers Sot.

Pour la compagnie, tu as fait les teaser, quelle a été ta démarche ?
J'ai fait les teasers des Murs et le dernier teaser de Petits Crimes Conjugaux.
C'était drôle car au début Fatah avait plein d'idées pour le teaser de la représentation à venir des Murs, et il m'avait proposé de réaliser en parallèle des petites vidéos fiction sur les personnages de la pièce projetées dans l'entrée de la salle, ce qui ne s'est pas fait au final mais l'idée est vraiment intéressante.

Du coup j'ai regardé la captation en entier et j'ai eu une liberté totale pour créer le teaser.

 

Qu'est ce qui t'inspire dans ton travail ?
La musique m'inspire beaucoup pour mon travail, j'y accorde beaucoup d'importance dans les montages, je trouve que sans musique dans une vidéo, il manque quelque chose.

Je m'inspire également beaucoup du cinéma, je ne pense pas être un grand cinéphile non plus, ça fait 5 ans que je vais à Cannes me gorger de films au festival.
J'aime beaucoup la science fiction, les Wachovsky.
Bizarrement, je m'intéresse peu au théâtre, mais maintenant via la compagnie un peu plus.

J'aime bien le théâtre, c'est moins naturel pour moi d'y aller que regarder un film mais voilà.

Portrait Chinois :

Ton occupation préférée ?

Faire de la musique entre amis, sortir, j'ai fait de la batterie avant, je fais un peu de synthé de manière irrégulière. 

De manière générale, créer un truc entre amis c'est cool.

 

Ton rêve de bonheur ?

Réaliser une web série de science fiction.


Tes héros dans la vie réelle ?

Mes profs!

 

La fête que tu voudrais représenter ?

Noël, j'ai toujours la nostalgie de Noël au mois de Septembre.


Les valeurs que tu aimerais partager ?
C'est le genre d'introspection que je fais jamais, je saurais pas dire,
je sais pas, la tolérance?

L'envie de partager des émotions positives.

 

Je préfère le ressenti émotionnel à la réflexion, je me pose pas de questions sur le message que j'essaye de transmettre, je cherche à faire ressentir les choses et voilà.

 

Est ce que tu as des références ?

Ma série télé préférée, que je pourrais regarder en boucle, c'est Battlestar Galactica, la version de 2003.
J'aime bien le mélange entre mystique et science fiction sérieuse.
J'aime aussi dans cette idée David LYNCH, qui montre un monde réel dans lequel interfèrent des choses plus irréelles.

Ton film culte ?
Cloud Atlas, Drive.


 


As tu des projets en cours ?

Actuellement, je n'ai pas de gros projets, je bosse avec des associations locales, je viens de finir un documentaire avec l'association "Espoir et partages au coeur du Togo" pour aider les membres de l'association qui partent sur le terrain et n'ont pas forcément les connaissances techniques .
Ce genre de projet est intéressant car les images sources ne sont pas prévues pour être montées du coup il y a un challenge intéressant.

Est ce que tu dirais que le milieu associatif est plus libre, décontracté ?
J'aurais tendance à dire oui mais c'est pour l'instant le seul milieu que je connais, les réalisateurs avec qui je travaille sont souvent d'anciens potes de promotion, du coup il y a peu de restrictions.
Quand je dois bosser avec des connaissances plus éloignées, c'est souvent plus carré.
Après, le réalisateur est souvent le plus stressé.

Enfin Fatah est pas le plus stressé, il est assez cool.

Est ce que tu as un site, une page Facebook ?

Ah oui ça serait bien, mais non.
J'ai une page Youtube, mais bon, j'ai peu de travaux qui valent le coup d'être sortis
Les films sur lesquels je travaille sortent rarement sur internet.

Pour finir, quels conseils donnerais tu à des jeunes qui veulent se lancer dans la vidéo, le montage ?

Je ne pense pas être bien placé pour donner des conseils d'insertion professionnelle, car je ne pense pas avoir assez exploré Lyon pour voir ce qui se fait.

D'un point de vue non professionnel, je dirais que ce sont des métiers créatifs et qu'il faut toujours mettre une part de soi dans le processus de création, ce que j'aime dans un montage, c'est trouver ce qu'on a envie de mettre dedans, ce qui nous intéresse.
Professionnellement parlant, j'ai fait des stages où j'allais filmer des cuisines MOBALPA, ce qui n'est pas super drôle de base, mais j'ai essayé de mettre des musiques amusantes par dessus etc.

Je fais encore du bénévolat pour participer à des projets attirants qu'on trouve moins dans des projets rémunérés, c'est peut être un peu pessimiste.

 

 



Dates à retenir:

25 Janvier: Knock au CCVA (Villeurbanne)